was successfully added to your cart.

Panier

Lorsque nous avons pris la décision de fonder notre propre agence, il nous fallait un nom. Quelque chose d’accrocheur, simple, mais surtout avec une histoire derrière. Pas facile, je vous dis ! Finalement après plusieurs maux de tête nous avons pondu ce qui est aujourd’hui le nom de notre compagnie : Click & Mortar. L’idée a été bien reçue. Nos amis du domaine ont adoré le concept (aussi connu sous le nom de Bricks & Clicks) et le storytelling . Et les autres: « c’est quoi ça Click & Mortar? », ou « ça mange quoi en Hiver? ». Ces interrogations sont extrêmement pertinentes et valent certainement un article. Bref, je me lance.

De Brick & Mortar à Click & Mortar : l’évolution.

Pour comprendre le concept Click & Mortar, je n’ai pas le choix de passer par l’explication de son précurseur, le « Brick & Mortar ». Long story short, on utilise ce terme pour caractériser tout commerce qui repose sur briques & mortiers, bref un magasin physique, traditionnel, avec pignon sur rue. Un magasin construit avec l’aide de briques et de mortier. Un exemple bien simple ? La boutique de lunette à mon père, à Gatineau. Ça c’est du vrai « Brick & Mortar » très traditionnel les amis…ils utilisent même un fax « pi toute ! »

Toutefois, les entreprises d’aujourd’hui doivent faire face à des nouveaux défis. En effet, Internet prend une place de plus en plus importante dans nos vies, au point où c’est légitime de se demander si nos sociétés pourraient fonctionner sans. Bien entendu, cela représente aussi des changements majeurs pour les entreprises, qui doivent se faire une place en ligne. Celles-ci auront recours au web pour différents objectifs. Que ce soit pour augmenter leur visibilité, pour créer des nouveaux réseaux de distribution (E-Commerce), pour tout simplement établir un contact direct avec sa clientèle par l’entremise des médias sociaux, etc. Et voilà, vous pigez maintenant l’idée derrière le concept Click & Mortar? Pour ceux qui ont compris :  vous pouvez passer au paragraphe suivant, j’ai des statistiques intéressantes pour vous ! Bref ce qu’il faut retenir : l’intégration au web permet aux entreprises de redéfinir leur rapport à l’espace-temps. Par exemple, mon père pourrait vendre ses lunettes à quelqu’un en Chine par l’entremise du web plutôt que d’être contraint à vendre uniquement dans sa zone géographique.

« Wow pleins de nouvelles opportunités », vous vous dites. Suivi de : « C’est certain que nos entreprises québécoises exploitent le potentiel du web » !

Pourtant me croiriez-vous si je vous disais qu’à peine 50% des entreprises québécoises ont un site web ? (Cefrio, 2015). Ouch ! Comme le mentionne aussi Gabriel dans son article «Quelques statistiques inquiétantes sur le Commerce Électronique au Québec», seulement une organisation sur huit fait de la vente en ligne. Pourtant, au moins 50% des adultes québécois auraient acheté sur le web dans la dernière année (Cefrio, 2015). Vous avez la même réflexion que moi ? (Opportunités manquées !). Je ne suis pas le seul à le mentionner. Jadis, en 2008, je me rappelle avoir écouté à la radio, mon directeur de thèse, Luc Dupont (que je ne connaissais pas à l’époque) soulever le problème. Petite parenthèse, c’est cette entrevue qui m’a incité à choisir ses cours à l’université. De fil en aiguille, c’est devenu mon superviseur à la maîtrise. Quelle belle tranche de vie n’est-ce pas ?

Donc je disais, le marché Québécois traîne de la patte ! Comme vous le dirait mon collègue Gabriel, c’est triste.  Pendant qu’on prend du retard à couper notre part de la tarte, les commerces étrangers en profitent pour se goinfrer. Ce qui expliquerait pourquoi la moitié de nos achats en ligne se font sur un site américain (Cefrio, 2015).

Trois raisons d’exploiter le web :

Mais bon, cessons de nous lamenter et passons à l’action ! Si le chapeau vous fait, voici mes trois incitatifs pour vous convaincre de profiter du web :

1)     Facilité/faibles coûts pour la conception d’un site web : Vous n’avez plus à payer une fortune pour la conception d’un site web. Grâce à des plateformes comme Squarespace, Wix ou même WordPress, il est beaucoup plus facile que vous le pensez de créer un site. Vous avez 0 talent en art visuel/design graphique? No problemo! Vous aurez en votre disposition une variété de modèles faciles à implanter, des extensions de tout genre et bien plus encore. Bref, on parle de quelque chose d’assez simple et peu coûteux. Veuillez toutefois noter que le prix d’un site va varier selon vos ambitions ! Si vous voulez faire des ventes en ligne, attendez-vous à payer plus cher que pour un site vitrine.

2)     TOUT est mesurable : dans un commerce traditionnel de type «Brick & Mortar» c’est assez difficile d’étudier le comportement du consommateur dans votre magasin. Vous pourriez toujours poser des caméras partout et passer votre temps à espionner vos clients, mais vos journées seront pas mal longues! Tandis qu’avec la vente en ligne, vous avez accès à un océan de données. Maintenant, vous pouvez vraiment analyser en détail votre entonnoir de vente et les habitudes de consommations de vos clients. Tout ce que ça vous prend c’est des outils comme Google Analytics, qui en plus, est gratuit ! En plus, le commerçant à la fois physique et en ligne qui utilise bien ses données bénéficie de synergies omnicanales, mais gardons ca pour un prochain article! Amusez-vous avec ça, vous en avez pour des heures de plaisir 🙂

3)     Sky is the limit : Finis les restrictions géographiques ! Vous pouvez maintenant vendre partout dans le monde ! Bon… peut-être pas en Corée-du-Nord, mais vous voyez ce que je veux dire. Par contre, assurez-vous de bien connaître les lois, taxes et les prix pour les services de livraison ! Ça va vous éviter des mauvaises surprises.

Maintenant que vous maîtrisez le concept Click & Mortar, je compte sur vous pour que vous en parliez pendant la jasette du souper! Vous aurez l’air bien smart !

À la prochaine!

Sources:

http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/QC_Numerique_CEFRIO_PRSQ_FINAL_.pdf

 

Gabriel Tassé

Auteur Gabriel Tassé

Titulaire d’une M. Sc. Marketing à HEC Montréal, Gabriel Tassé est un gars de défis. Fondateur associé chez Click & Mortar, il a l’audacieuse ambition d’élever le marketing numérique du Québec à un autre niveau. De la gestion des médias sociaux aux publicités ultra-ciblées, Gabriel c’est votre homme.

Plus d'articles par Gabriel Tassé

Ajouter un commentaire